Articles marqués avec ‘énergies’

TURPE 5 : Optimisation Tarifaire du Coût d’Acheminement

Le 01 août 2017 : Les règles du jeu ont changé

Le nouveau Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité a été mis en application depuis le mois d’août dernier. Nous supposons que vous avez déjà procédé aux optimisations de Turpe 5 . Votre d’acheminement doit-il être intégré dans un contrat unique ou avez-vous intérêt à contracter directement ?

La hausse moyenne estimée à 2,74 % (chiffre communiqué par la commission de régulation de l’énergie) est juste une moyenne donc certains clients paieront plus et d’autres moins que ce chiffre.

Sollis a développé un logiciel permettant une meilleure optimisation du coût d’acheminement. Cet outil permet de simuler les différentes options / paramètres pour déterminer le meilleur scénario d’optimisation tarifaire. Les premiers résultats sont très satisfaisants pour nos clients qui ont pu constater les premiers gains.

Lire la suite

Gaz : acteur majeur de la Transition énergétique

Sollis collabore avec l’ONG Green Cross sur le dossier ENJEUX GAZ

Sollis, membre du Think&Do Tank « énergie, économie circulaire, ville durable » coordonné par Green Cross France et Territoires, a participé à l’élaboration de la Note « Enjeux Gaz ». En avant-première, Sollis vous propose d’en prendre connaissance en cliquant ici avant sa diffusion officielle.

Il faut savoir que le gaz n’est pas qu’une énergie fossile obtenue grâce à la décomposition de matière organique (gaz naturel ou gaz de schiste). En effet, c’est aussi une énergie renouvelable que l’on peut obtenir par à la transformation d’énergie comme la photosynthèse.

Aujourd’hui le gaz renouvelable est obtenu de 4 manières :
  • La méthanisation de matière organique (déchet) ;
Cela consiste à utiliser les déchets agricoles, de la restauration, de l’industrie agro-alimentaire, pour produire du biométhane. Pour cela, on introduit les déchets préalablement triés dans un méthaniseur. Ils sont ensuite mélangés et chauffés dans le but de faire une fermentation. Suite à cette fermentation, le gaz est purifié, odorisé et contrôlé avant d’être injecté dans le réseau.
  • Le Power-to-Gas ;
C’est une solution technique permettant de transformer l’électricité produite en excès en gaz (Hydrogène). En fait cette électricité est utilisée pour faire l’électrolyse de l’eau et ainsi créer de l’hydrogène. Cet hydrogène peut ensuite soit être stocké, soit être transformé en méthane de synthèse par un processus de méthanisation. Ce processus de méthanisation permet non seulement de stocker de l’énergie mais aussi de capter du CO2.
  • La pyrogazéification ;
Cette technique est un procédé thermochimique en 2 étapes, une pyrolyse suivi d’une gazéification. La pyrolyse consiste à faire chauffer en l’absence d’oxygène les déchets organiques dans le but d’obtenir du gaz ou de l’huile et du charbon. Ensuite l’huile et le charbon sont transformés en gaz (gazéification).
  • La production par des micro-algues.
Les micro-algues produisent du gaz par la photosynthèse en utilisant la lumière pour transformer le CO2 en biogaz. Elles peuvent avoir un très bon rendement. A moyen terme elle permettront peut-être de produire des biocarburants pour remplacer les énergies fossiles.

Malgré tout ce que l’on entend, le gaz peut être considéré comme une énergie renouvelable qui plus est très pratique. Nous pouvons nous servir de ce gaz pour les diverses utilités suivantes :

Premièrement comme carburant. Ce gaz renouvelable est une alternative aux carburants classiques liquides. Il produit moins de CO2 que l’essence ou le diesel, peu ou pas de particules fines, moins de composés azotés et les véhicules équipés de moteurs adaptés sont moins bruyants et moins chers à l’achat que les véhicules classiques.

Deuxièmement ce gaz est utilisé pour le chauffage sans modification des installations actuelles. Il faut seulement remplacer l’utilisation du gaz naturel par ce gaz renouvelable.

Troisièmement, il peut être une source d’électricité secondaire via des systèmes de cogénération.

   

Enfin, il permet aussi le stockage d’énergie. En effet, lorsque nous produisons trop d’énergie, cette dernière peut être stockée grâce à la technologie Power-to-Gas, qui transforme l’électricité en hydrogène. Cela évite de saturer le réseau, de perdre le surplus d’énergie produite ou de stopper la production d’énergie renouvelable.

Pour réussir la transition énergétique, le gaz renouvelable est un outil nécessaire qui devra remplacer petit à petit le gaz naturel.

  Cette note fera l’objet d’une mise en débat, organisée par Green Cross France et Territoires, qui se déroulera entre septembre et décembre 2017. Si vous souhaitez exprimer votre intérêt pour cette note, suggérer des initiatives remarquables, proposer des enrichissements et corrections, n’hésitez pas à le faire via l’email contact@gcft.fr – vous pouvez aussi soutenir Green Cross (à partir de 400 euros pour une adhésion entreprise) ou faire candidature pour rejoindre le think&do tank « Energie, économie circulaire, ville et territoire durable».

Lire la suite

La Flexibilité énergétique

La flexibilité énergétique d’un bâtiment est la capacité à moduler son appel de puissance en fonction d’un signal du réseau ou de son fournisseur, afin de correspondre à des tensions de réseau ou en absorber les pics. Les entreprises qui consomment de l’électricité voient leurs consommations réparties selon différentes plages (heures pleines, heures creuses, pointe).

Aujourd’hui, nous utilisons de plus en plus les énergies renouvelable dans notre mix énergétique ce qui complique la gestion des flux de l’énergie car ces dernières ne sont pas des productions d’énergies stables. La production varie en fonction du vent pour l’éolien, de la météo pour le photovoltaïque. Le but est de passer d’un mixte où nous avons un socle de production pilotable élevé (majoritairement produit pour des énergie fossiles) à un mix énergétique ou la production pilotable serait plus faible et la production renouvelable plus élevés.

 
Source : RTE IFPEB – Evolution de la consommation résiduelle sur une semaine d’été, entre aujourd’hui et 2030 dans le scénario Nouveau Mix du BP2014

La flexibilité énergétique peut être atteinte de différentes manières comme l’effacement d’usages ciblés, l’autoconsommation, ou encore les stockages d’énergie.

Pour faire évoluer le mix, RTE a défini sur les conditions climatiques de 2015 une chronique journalière et horaire prenant en compte la production des ENR. Grace à cela 4 type de jours ont été défini ayant des prix plus élevés quand la tension du réseau est importante et moins élevés les jours de fortes productions d’énergies renouvelables :

  • Les jours « Rouges » qui représentent une tension importante sur le réseau ;
  • Les jours « Blancs » qui représentent une tension moindre ;
  • Les jours « Bleus » qui sont les journées normales ;
  • Les jours « Verts » qui représentent une grande production d’énergie renouvelable.
Pour chaque jour il y a 3 types d’heures ayant des prix de consommations plus ou moins élevés (Pointe, pleines, creuses).  
Source : RTE IFPEB (année 2015, Dimanches identifiés)
Le but de la flexibilité est de décaler les consommations d’énergie des heures de pointe et des jours Rouge sur d’autre période ou la tension sur le réseau est moins importante.

Lire la suite

PRODUIRE SOI-MÊME SON ÉLECTRICITÉ DEVIENT PLUS FACILE ET PLUS RENTABLE


L’autoconsommation c’est quoi ?
L’auto-consommation énergétique est le principe selon lequel vous produisez vous-même l’énergie que vous consommerez au quotidien, plutôt que de l’injecter dans le réseau public. L’objectif est bien sûr de ne plus consommer l’électricité du réseau EDF (ou le minimum) mais d’utiliser uniquement celle que vous accumulerez par l’équipement que vous aurez choisi.
Tout comme pour les particuliers, les entreprises en 2017 peuvent tout à fait adopter un équipement en autoconsommation, que ce soit dans des bureaux, un atelier, un local technique, un magasin ou une usine…
source : http://www.developpement-durable.gouv.fr
Le réseau électrique permet que toute l’électricité produite puisse être consommée quelque part sans être perdue, tandis que le cadre législatif, du fait de la mise en place des tarifs d’achat, permet d’apporter des revenus supplémentaires au producteur.
Le décret d’application de l’ordonnance portant sur l’autoconsommation d’électricité solaire a été publié le 30 avril 2017. Ce texte, qui s’adresse autant aux producteurs d’électricité renouvelable qu’aux consommateurs et aux gestionnaires des réseaux publics, vient clarifier la notion d’opération « d’autoconsommation collective ».

Lien vers le Communiqué du Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer

Le décret d’application vient concrétiser et faciliter le montage de ce type d’opération en fixant des principes généraux de répartition de la production entre les consommateurs participant à une telle opération et en prévoyant de lier par l’intermédiaire d’un contrat le gestionnaire du réseau public de distribution concerné et la personne morale organisatrice de l’opération.

Afin de faciliter la réalisation des projets (par exemple des projets d’approvisionnement de logements collectifs ou de centres commerciaux par une installation solaire implantée sur site), la loi prévoit une dérogation à l’obligation d’être rattaché à un périmètre d’équilibre pour les installations de petites tailles en autoconsommation, lorsque l’excédent de production est injecté sur le réseau.
Le décret fixe la puissance maximale des installations de production pouvant bénéficier de cette dérogation à 3 kW. Si l’opération d’autoconsommation collective dispose d’une installation de stockage, celle-ci sera considérée comme un consommateur lorsqu’elle stockera de l’électricité, et comme un producteur lorsqu’elle la déstockera.

A chaque instant, la personne morale devra indiquer au gestionnaire de réseau la répartition de la production associée à chaque participant et les quantités d’électricité consommées. De leur côté, les gestionnaires devront mettre à disposition des exploitants des formulaires leur permettant de déclarer les caractéristiques techniques de l’installation et de son raccordement, ainsi que son mode de fonctionnement, en précisant si le surplus d’électricité produite est vendue à un tiers.

Les installations en autoconsommation avec vente du surplus sont éligibles à une prime à l’investissement. Son versement « sera réparti sur les 5 premières années de production de l’installation », précise l’arrêté. Quant au surplus d’électricité, il bénéficiera d’un tarif d’achat. Il est fixé à 10 centimes d’euros par kilowattheure pour les installations de puissances inférieures ou égales à 9 kW respectant les critères d’implantation. Et à 6 centimes pour les autres, de puissances inférieures ou égales à 100 kW.


source : http://www.photovoltaique.info/+Publication-du-decret-sur-l+.html

Lire la suite

Formation Sollis Achats d’Energies

Objectifs

La finalisation de l’ouverture des marchés énergétiques à la concurrence et l’accélération des évolutions réglementaires de ces dernières années (TURPE, Loi NOME, Marché de capacité, Effacements…) ont profondément bouleversé la manière d’acheter de l’énergie. L’objectif de cette formation est de vous donner des clefs et des leviers d’actions pour mener à bien vos achats.

Programme

Comment définir sa stratégie d’achat
  • Tendances actuelles des marchés des énergies
  • Forces et faiblesses des différents supports contractuels (formules de prix, clauses…)
  • Facteurs de votre consommation à même de faire varier le prix final
  • Quels risques pour quel prix ? Qui paie le risque ?
  • Anticiper et se positionner dès à présent ou acheter à l’échéance contractuelle ?
  • Les critères majeurs de sa stratégie d’achats et de consultations
  • Le suivi de l’achat dans le temps et la préparation de la prochaine consultation
Identifier les leviers de négociations
  • Composantes des différents tarifs composant l’offre de prix
  • Gestion de l’appel d’offre
  • Les durées des contrats
  • Les clauses et les indexations
Négocier ses contrats de fourniture d’énergie
  • Clauses à négocier
  • Exemples et retours d’expériences
  • Gestion de l’appel d’offre
  • Les durées des contrats
  • Les clauses et les indexations
Prendre en compte l’environnement et le développement durable dans le choix de ses fournisseurs
  • Le CO2, Le CEE, L’effacement
  • Les CPE (contrats de performance énergétique) : éviter les écueils
  • Achats Responsables

Durée : 1 jour Prix : 790 €

Inscrivez-vous !

Lire la suite

Sollis Energie Economie Environnement
Sollis vous rappelle